« des consciences personnelles : Tout membre du

 

« Conscience » vient du mot latin « Cum
scientia » qui signifie « savoir ensemble » ou « savoir
rassembler »1,
c’est simplement le faite de se savoir ; connaître
l’intérieur de la personne (ses pensées, ses croyances, ses idées, ses
actes…) par elle-même, et se traduire ; transformer cet
intérieur en actions réelles.

Le concept du groupe, qui constitue un ensemble des personnes qui
se réunies autour d’un but commun, et suite à l’existence des relations
affectives entre elles, permet aux personnes de se connaître et de réaliser
des actions communes. Chose qui nous amène à penser à la définition donnée
à la conscience et poser la question :

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Est-ce qu’il
existe une conscience groupale ?

 

1. La conscience de groupe : définitions
et composants.

1.1. Définitions
de la conscience de groupe :

La conscience de groupe est 

Autrement dit, Dourish et Belloti ont définit la
conscience de groupe comme étant 

 

La conscience de groupe est, donc, la compréhension totale des
interdépendances entre les membres du groupe d’une manière qu’ils se fondent
dans ce groupe et qu’ils partagent leur identité entre eux pour réaliser un but
commun. C’est simplement le fait de s’impliquer et de déployer la conscience
personnelle des membres du groupe pour réaliser et renforcé leur intérêt
général en utilisant des moyens pour leur mise en commun.

Schématiquement, la conscience de groupe est :

NB : la conscience DE groupe est différente de la conscience DU
groupe4 ; cette dernière est la prise en conscience et la
connaissance de l’unité collective (ses buts, ses composants, ses activités…)
sans nécessité d’intégration ou d’adhésion, alors que la conscience de groupe
est l’identité partagée et l’implication et la souscription dans le groupe.

1.2. Les
composants de la conscience de groupe :

Partant du schème illustratif ci-dessus, on peut mettre le point
sur trois éléments essentiels constituants la conscience groupale, ils
sont :

1)    
La diversité des consciences personnelles : Tout membre du groupe a sa propre conscience, élaboré selon ses expériences,
ses perceptions… Toute personne a, donc, sa propre présentation des choses et
des réalités selon ses propres référents. Chose qui permet de créer une
certaine diversité dans les consciences des individus.

La
question posée à ce niveau est la suivante : est-ce-que cette diversité
est favorable ou bien défavorable pour construire une conscience de
groupe ? La réponse est bien évidemment claire : Toute personne a
besoin de l’autre pour compléter ses représentations ; on ne cherche pas
la similitude mais la diversité qui permet de créer une créativité et une
complémentarité entre nos capacités. Pour cela, cette différenciation des
consciences personnelles peut jouer un rôle favorable dans la construction de
la conscience groupale.

2)    
La communication et ses moyens : La conscience de groupe, entant qu’un concept de compréhensions
des activités et des consciences personnelles, utilise les moyens de
communication comme intermédiaire ou outils de cet échange. Les moyens
généralement utilisés sont : Les paroles (l’outil le plus efficace
pour exprimer et échanger les informations et les idées), en parallèle avec les
gestes, la posture, le regard, la kinésique, la voix et tout autre moyen de
communication verbale et non verbale.

Ce
composant donne naissance à un autre élément complémentaire en parallèle :
c’est la réunion. Plus précisément, les membres du groupe et afin de
décortiquer leurs consciences personnelles les unes les autres et transmettre
et recevoir les messages et les informations, doivent nécessairement se réunir
dans un temps et un espace. Cela permettra de réaliser certains rapprochements
qui mettent en relation les personnes ; c’est-à-dire que le rencontre des
membres du groupe dans un même lieu et un même temps permet d’utiliser
plusieurs comportements (notamment non verbaux) à la fois que dans le cas de
non rencontre face-à-face, chose qui facilitera l’élaboration d’une conscience
groupale globale et précise entre eux.

3)    
Le « pourquoi ? » / le but commun : Pour former une conscience de groupe il faut tout d’abord
créer un groupe. Ce dernier repose principalement sur « un
but commun » qui constitue la base et le pourquoi de la mise en
relation des membres du groupe. Pour cela, il faut déterminer d’une façon claire
et précise le but du groupe qui doit nécessairement être
compris par tous les membres.

La conscience de groupe est, donc, le partage des consciences
personnelles des membres du groupe entre eux en utilisant les différents
moyens de communication et en se réunissant pour réaliser
un but commun.

 

2. La conscience groupale vs. Les
consciences personnelles :

Suite aux relations déjà définies entre les consciences
personnelles et la conscience groupale, trois états de relations peuvent être
existées :

§  Conscience
personnelle > Conscience de groupe :
dans ce cas, le membre du groupe ne dépassera pas sa propre conscience, c’est
cette dernière qui prédomine. Autrement dit, il privilège son intérêt personnel
même dans le cas de réalisation d’un intérêt commun ; c’est-à-dire que
même dans le but commun définie, la personne cherche à répondre à ces propres
besoins et objectifs (il cherche à réaliser le but commun parce qu’il présente
en réalité son propre but).

La
personne qui détient cette état influence les autre membres du groupe par sa
conscience personnelle plus qu’il est influencé par les siennes.

§  Conscience
personnelle = Conscience de groupe :
dans ce cas, le partage des identités se fait d’une manière réciproque
et les membres cherchent à réaliser leur but parce qu’il les intéresse tous.
Chacun d’eux réalise, selon ses capacités et sa conscience, sa tâche et son
activité en pensant à la fois à son intérêt et l’intérêt général. L’homogénéité
entre ces deux derniers est réalisée en se basant sur les points communes qui
les renforcent et les mettent en relation.

Les
échanges entre les membres du groupe se font dans les deux sens (faire
influencer et être influencer).

§  Conscience
personnelle < Conscience de groupe : dans ce cas, la personne se fond totalement dans le groupe. Il dépasse complétement ses intérêts personnels et il focalise ses efforts dans la réalisation de but commun (il cherche à réaliser le but commun pour l'intérêt du groupe quel que soit sa position personnelle vis-à-vis de ce but). Généralement, ce membre perd totalement ou partiellement sa conscience personnelle dans le groupe. La personne qui détient cette état est influencé par les consciences des autres plus qu'il les influence par la sienne. Remarque : En référant aux trois positions de vie, on peut conclure que les personnes qui détiennent ces états de relations sont respectivement Parent, Adulte est Enfant.   En répondant à la question posée au début de notre recherche, on peut conclure que OUI, il existe une conscience de groupe ; c'est une conscience qui permet d'améliorer la synergie et la coopération des membres et de connaître minutieusement les différents éléments du groupe, notamment la conscience des personnes, des émotions, des relations, des buts...